Le temps des miracles

On n’est d’ailleurs pas obligé de croire aux miracles pour qu’ils arrivent. C’est souvent parce qu’ils arrivent qu’on y croit. Ils sont imprévisibles ces moments dans la vie où le surnaturel entre dans notre monde.

Pâques, le temps des miracles et des œufs en chocolat.  Je ne sais pas ce qui me manque le plus : le déjeuner traditionnel chez mon père ou la cachette des œufs avec mon petit neveu. Pâques, cette année, on s’en souviendra, cloîtrés chez nous.

Il paraît que certains regardent la messe à la télé. Dernièrement, je me suis remise à réciter le «Notre Père» dans mes prières. On dit que lorsqu’un couplet, une phrase ou un mot a été répété, il se charge de l’énergie de tous ceux qui l’on récité avec ferveur. Je l’ai appris de la tradition bouddhiste. Cela faisait longtemps que je n’avais pas récité le «Notre Père» et, en prononçant ces phrases, j’ai ressenti cette force, celle de tous ceux qui, agenouillés ou debout, les paumes de main l’une contre l’autre, ont récité ces mots de tout leur cœur.

Quand j’étais petite, j’allais à la messe tous les dimanches, parfois même toute seule car j’aimais prier. À l’âge de 14 ans, je me suis même baignée dans les bains de Lourdes. J’ai ressenti l’indicible, l’indescriptible, l’invisible dont je parle dans mes romans. J’ai pleuré car il n’y avait pas de mots. Généralement, quand on pleure c’est qu’on évacue les maux. Et quand il n’y a plus de maux tout est là. C’est peut-être ça un miracle. Je crois que c’était ma première expérience mystique. Et donc, oui, forcément, je crois aux miracles.

On n’est d’ailleurs pas obligé de croire aux miracles pour qu’ils arrivent. C’est souvent parce qu’ils arrivent qu’on y croit. Ils sont imprévisibles ces moments dans la vie où le surnaturel entre dans notre monde. Un peu comme un virus, une maladie ou un accident, on ne sait pas quand ils arrivent. Pourtant ils arrivent ces moments où l’impensable se produit.

Sans cesse, dans notre monde, l’impossible franchit les frontières du possible : une guérison inespérée, une discussion instantanée avec une personne à l’autre bout de la planète (c’est un sacré exploit quand même), un objet ovoïdale, lumineux et clignotant dans le ciel. À propos d’objets non identifiés, je vous invite à regarder le documentaire réalisé par mon compagnon Dominique Filhol. Au-delà des habituelles explications extra-terrestres, il a rassemblé des scientifiques, des politiques, des militaires et même un ancien directeur des services secret français qui proposent d’autres théories (voir l’article de Paris Match à propos du documentaire). Ces objets pourraient aussi être des incursions dans notre réalité d’autres mondes, d’autres univers parallèles, de phénomènes existants échappant à notre conscience. Au final, on attend les OVNIS comme on attend les miracles, comme on attend l’Éveil, l’état de grâce, ce moment où la souffrance s’évapore pour laisser place à la contemplation.

Images de Filippa Edghill