article

Poser une intention

Qu’est-ce qu’une visualisation ? Comment poser une intention qui corresponde à nos désirs profonds ? Comment faire pour la rendre la plus réelle possible ? Pour la ressentir comme étant déjà réalisée tout en lâchant prise et en acceptant aussi qu’elle puisse ne pas se réaliser ?

Si vous vous intéressez à l’art de poser des intentions, si cela vous amuse, si cela vous inspire, si vous vous êtes ouvert à la puissance de l’imagination, si vous avez envie de poser une intention pour votre vie, en cette nouvelle année 2020, début d’un cycle de dix ans… Si vous avez envie de poser une intention pour un projet, pour le monde, pour la Terre, je vais partager avec vous, dans cet article, ma manière de poser des intentions.

 Depuis que j’ai découvert l’art de poser des intentions en 2013, j’ai beaucoup pratiqué cette manière d’orienter ma vie qui ressemble plus à un art qu’à une technique. Je la pratique car elle m’amuse, me donne de la joie, car elle stimule mon imagination, ouvre ma créativité (évidemment, nombreux sont ceux qui ne pratiquent pas la visualisation et vivent une vie merveilleuse… Ce n’est donc pas une vérité absolue mais une manière de vivre au quotidien). J’ai la sensation qu’à force de pratiquer de manière humble, authentique et reliée à des désirs justes, cet art de la visualisation m’aide à donner une direction à mon chemin de vie, en lien avec ma vérité profonde.

Toute la subtilité de cet art de la visualisation réside dans un paradoxe : l’envie que l’intention se réalise doit être aussi forte que celle de l’acceptation que celle-ci puisse ne jamais se réaliser.

Ce double mouvement contradictoire est l’essence même de l’art de la visualisation. Cela demande donc le courage d’aller explorer ses désirs profonds (du courage car cela demande de voir tout ce qui ne correspond pas) et la puissance, que dis-je la résilience, d’accepter, avec un cœur brisé, que ses souhaits puissent ne jamais se réaliser. C’est donc un sacré chemin initiatique (loin des simples tableaux d’images avec ses souhaits) que n’emprunteront que ceux qui en ressentiront l’appel, la joie dans leurs cœurs.

Qu’est ce qu’une intention ?

Une intention est un souhait, un désir profond, relié à la justesse d’un chemin d’âme. Une intention doit être juste, équilibrée, authentique, vulnérable.

D’une part, elle doit être assez grande.

S’autoriser à voir le plus loin possible, le plus beau possible pour Soi. Cela demande du courage car parfois cela demande d’observer ce qui ne correspond pas dans nos vies. Cela peut amener à poser des actes de changement. L’art de la visualisation entre donc dans un mouvement plus global de mise à nu de Soi.

 D’autre part, elle ne doit pas être égotique.

Inutile de dire qu’une intention d’avoir une plus grosse voiture ne risque pas de fonctionner, en tout cas pas avec la visualisation. Plus subtilement, parfois, sans nous en rendre compte, nous poserons des intentions non dénuées d’une envie de gloire et la vie se chargera alors de nous le faire remarquer !

L’intérêt de poser des intentions fréquemment c’est de les réguler au fur et à mesure, de se connaître, de se comprendre en fonction de ce que la vie nous répond en retour. J’aime bien voir la vie comme une personne, une entité, un Esprit auquel nous pouvons parler au même titre qu’à un animal, un arbre, le vent, l’eau… C’est une vision assez chamanique du monde. À voir si elle vous parle. En tout cas, je crois que la pratique de l’intention est une manière de se connaître.

Pratiquer la visualisation

Pour poser une intention, personnellement j’utilise toujours l’écriture (oui, j’aime écrire), mais certains dessineront, danseront, marcheront dans la nature, regarderont la mer, méditeront… Tout est possible ! L’important est d’entrer dans un état de neutralité, de paix, de faire quelque chose qui nous plaît, nous amuse (d’où le fait que certains proposent de réaliser ces fameux tableaux de visualisation)…

Je me pose toujours cette question : «Qu’est-ce que j’aimerais si tout était possible ? S’il n’y avait aucune barrière matérielle ? Aucune contrainte d’argent ou de peur de blesser l’autre ?» 

Et je me laisse emporter par le mouvement de ma main, par mon imagination.

Il est important de ressentir les émotions dans son corps, d’activer les émotions de ce qu’on ressentirait si la situation se réalisait. De rêver, d’imaginer encore et encore. Le pouvoir de l’imagination est immense.

Lâcher prise

La clé de la visualisation réside ici, dans cette force que l’on trouve en soi pour accepter que ce que l’on souhaite le plus au monde (première phase) n’arrivera peut-être jamais (deuxième phase). L’exercice de l’intention est donc périlleux. S’ouvrir au plus beau, l’imaginer, le ressentir et accepter qu’il n’arrive jamais. Pour cette dernière étape, généralement la vie nous aide à la mettre en place. Pour la plupart des intentions que j’ai posées, j’ai d’abord expérimenté exactement l’opposé : le désert, le néant, le vide. Comme une phase d’essai de la vie. L’épreuve du feu. C’est un peu le test de la vie pour savoir si l’on a assez de force en soi. C’est très beau car tout ce qui est égotique lâche. L’absence fait travailler l’humilité, le cœur brisé est un cœur ouvert.

Ce qui m’aide toujours c’est d’avoir confiance en la vie, que si ce que je souhaite tant n’arrive pas c’est qu’il y a autre chose qui m’attend, qui me correspondra autant, si ce n’est plus. Ou alors, tout simplement, la foi en moi, que j’arriverai à trouver la joie dans le rien… C’est très dur et vraiment initiatique. Cela demande de revoir totalement la manière de percevoir le monde. Donc la visualisation n’est à la fois pas à prendre à la légère, car elle transformera votre vie au-delà de ce que vous imaginez et en même temps, elle connecte à la légèreté de l’être, à la compassion, à l’impermanence permanente, au grand paradoxe de l’univers, de la mort dans la vie et de la vie dans la mort.