Une fois qu’on a des idées pour son histoire, ses décors et ses personnages voilà le moment de rassembler tout ça pour faire un plan. C’est le moment de se lancer pour inventer les actions et les respirations…

Mon conseil : écrire même si cela semble chaotique. L’important ici est de faire une 1ère trame jusqu’à la fin. Ensuite le plan se transformera sans cesse jusqu’au point final. Un plan est mouvant tel un organisme vivant.

Personnellement j’ai 2 documents. Un plan détaillé et un plan très synthétique qui me permet de sentir le mouvement de l’histoire dans mon corps pour m’assurer qu’il fonctionne. Le plan est un peu comme une sorte de danse. Chaque jour, avant de commencer à rédiger, je relis le plan synthétique, je fais les modifications que la rédaction de la veille m’a montré… Je me remets dans le tempo de mon histoire. C’est le rythme qui me donne envie d’écrire à nouveau… Et parfois je m’arrête et je coince car la musique n’est plus là. Généralement c’est pour que je trouve une meilleure idée dans mon plan. Celui ci mature donc avec le temps, la répétition et les solutions qui arrivent quand on ne les attend plus.

C’est un beau processus qui me fait penser à une plante qui pousse quand on l’arrose chaque jour… .