Un livre peut aussi appeler à partir hors de sa zone de confort, loin de ses habitudes, à plusieurs milliers de kilomètres, à l’autre bout du monde. Je m’explique. Au delà du besoin d’avoir vu pour écrire, il y a aussi le besoin d’avoir vécu les hauts et les bas, les difficultés et les bonheurs.

Après avoir laissé mon appartement parisien, j’ai commencé un mode de vie nomade sans trop l’avoir décidé (c’est ce que je raconte dans mes interviews pour les magazines Open Mind et Fémininbio été 2019) ! Nous avons vogué à Paris, puis en France où nous avons été invités à des festivals de films, chez des amis. Mais très rapidement, l’idée est venue de partir à Los Angeles car mon compagnon voulait rencontrer des producteurs de films. Je me suis dit que je pouvais me servir de cette ville comme le décor de mon deuxième roman ! Je précise que si nous n’avions pas quitter Paris, nous n’aurions pas eu l’idée de partir à Los Angeles (comme quoi l’intuition sait très bien ce qu’elle fait). Le 19 janvier 2018 nous posions le pied sur le sol de la ville des anges pour 3 mois (la durée maximum du VISA).

Je ne m’attendais pas à ce qui allait se produire avec L.A. Cette ville, difficile d’accès, pour nous européens, avec ses boulevards sans fin, sa taille démesurée et ses clochards abandonnés, m’a pourtant fait l’effet d’une bombe à l’intérieur. Trois jours après mon arrivée, je me mettais à écrire par jets, sans discontinuer. Je me suis sentie libre d’être qui je suis. Je me suis laissée portée par leur vision moderne de la spiritualité présente absolument partout (par exemple, dans un de mes cafés favoris il y avait des mantras sur les murs, des tags avec Tesla et à deux pas de chez nous la maison de l’intuition !) Je me suis sentie reliée à l’esprit de Jack Kerouac, à sa poésie spontanée.

Cette ville ne m’a donc pas seulement donné une décor à décrire mais des clés mystiques pour l’écriture de « Là où chante l’étoile ». Car, derrière l’image d’une ville superficielle, des « stars » il y a aussi un passage vers d’autres étoiles.