Je suis l’auteure du best-seller Et j’ai dansé pieds nus dans ma tête & Là où chante l’étoile. J’écris des histoires inspirées de parcours de vie, de migrations intérieures, d’un retour aux sources, à ses intuitions profondes et à ses rêves d’enfant.

Mon parcours

En 2009, après avoir obtenu mon diplôme d’avocat, je change de vie pour explorer autre chose; l’écriture, la direction artistique, le coaching intuitif. Pendant quatre ans, en parallèle de la conception d’une trentaine d’expositions d’art graphique dans des lieux alternatifs parisiens, j’alimente le blog « Réécrire » mêlant art et spiritualité (lauréat des Golden Blog Awards 2013). Inspirée par toutes ces expériences humaines, je publie mon premier roman « Et j’ai dansé pieds nus dans ma tête » en 2017 qui fut ensuite traduit dans plusieurs langues. La vie me conduit à Los Angeles où j’écris « Là où chante l’étoile » qui sort en 2019 et raconte la suite de l’histoire débutée avec mon premier roman. De retour en France, j’écris des pensées spontanées sur mon journal et je chercher une maison à la campagne.

Mes romans

J’ai écrit « Et j’ai dansé pieds nus dans ma tête » (2017) pour parler de tout ce que l’intuition apporte à nos vies. Charlotte, jeune trentenaire, a quitté son job dans le marketing mais peine à vivre de sa passion, la danse. Un soir, une voix résonne dans sa tête. Elle apprend alors à suivre les signes, à dialoguer avec son guide intérieur et entre dans une sorte de chorégraphie avec le monde. Avec « Là où chante l’étoile » (2019), je raconte le suite de l’histoire mais ce livre peut aussi se lire indépendamment. Charlotte est partagée entre suivre sa troupe de danse à Los Angeles ou son compagnon qui achète une ferme en Normandie. Elle fait alors de mystérieux rêves nocturnes dans lesquels une ombre lui chantent une comptine de son enfance. 

Ce qu’en pensent les lecteurs

Succédant brillamment à son best-seller « Et j’ai dansé pieds nus dans ma tête », mais tout autant marqué du sceau de l’intuition, le nouveau roman d’Olivia Zeitline « Là où chante l’étoile » nous conduit dans le désert des doutes et du désir, aux côtés de Charlotte, son héroïne, qui va apprendre à percer à jour les voix de la nuit afin d’éclairer sa route.  — HAPPINEZ MAGAZINE

Quel délice de lire Olivia Zeitline ! Ses livres sont comme des petits bonbons acidulés, un bonheur trop court, qu’on a rapidement envie de goûter à nouveau. Sa plume est poétique, fluide, et entraînante. Les chapitres courts donnent du rythme au récit et nous captivent immédiatement. — MADEMOISELLELIT

Olivia Zeitline a une plume poétique avec un soupçon de simplicité, qui mêlée au côté spirituel, me donne l’impression de lire du Paolo Coelho avec une touche plus féminine. — MESSAGÈRE DES MOTS

Journal

méditations poétiques écrites sur le vif

10 mai 2020

10 mai 2020

J’écoute le bruit du lave-vaisselle qui tourne en boucle, un bruit rassurant, familier depuis l’enfance et qui donne des repères quand la routine disparaît. Il y a des répétitions qui nous calment et d’autres qui nous endorment.

lire plus
26 avril 2020

26 avril 2020

Il y a de la légèreté dans l’air. Bien sûr, l’air est léger par essence mais je parle d’autre chose, d’une sensation au-delà de l’air, d’une densité de l’invisible.

lire plus
5 mai 2020

5 mai 2020

Une valise. On est partis en Normandie avec une petite valise cabine. C’était une bonne dizaine de jours avant l’annonce officielle. On sentait l’urgence dans nos tripes. J’ai beaucoup pensé à ma grand-mère maternelle. Eva, à l’âge de 10 ans, une nuit, elle a quitté Vienne avec une valise. Ils ont laissé leur appartement, leurs meubles, leurs amis, leur vie et ils ont fui pour les montagnes italiennes où ils ont été cachés par des paysans de villages en villages.

lire plus
23 avril 2020

23 avril 2020

J’ai envie de crier alors j’écris, car écrire c’est hurler sans bruit comme l’a écrit Marguerite Duras dans «Écrire». J’ai envie d’hurler parce que je voudrais, sans cesse, sortir de ma maison mais en même temps je rêve de la trouver pour l’éternité.

lire plus
30 avril 2020

30 avril 2020

J’aime vraiment marcher. Aujourd’hui je réalise à quel point j’aime prendre le temps de déposer mes pas sur le sol le plus lentement possible. J’aime cette sensation où les jambes se déroulent comme dans du coton, où les mollets sont doux et où les pieds attérissent sur une terre qui semble ramollie.

lire plus
17 avril 2020

17 avril 2020

Le jardin a disparu, comme ça d’un coup. PAF. Depuis quelques années déjà, l’envie d’une vie dans un village, en pleine nature, entourée de verdure, frappait mes pensées mais désormais je l’ai dans la peau. J’ai le jardin dans la peau.

lire plus